Des GPS pour ne pas faire l’école (de ski) buissonnière

Vous le savez, l’une des spécialités de SWiTCH c’est de guetter les (bonnes) pratiques des stations à l’étranger. Aujourd’hui, c’est de l’autre côté de l’Atlantique que notre regard s’est tourné et plus particulièrement vers Mont Tremblant, au Québec.

Nous avons déjà visitée cette station dans le courant de l’hiver 2005-2006. Nous avons été particulièrement étonnés par la qualité de l’accueil et les « facilités » mises en œuvre pour offrir au client une « expérience à la neige inoubliable ». Par contre, l’architecture digne de Disneyland nous avait laissé pour le moins perplexe. Sans compter qu’au fur et à mesure de nos pérégrinations nous avons eu tout le loisir de découvrir une certaine standardisation de l’urbanisation des stations du groupe Intrawest, dont Tremblant fait partie.

En plus de l’ouverture du nouveau Casino au pied des pistes, la station des Laurentides inaugure quelques nouveautés pour la saison 2009-2010. A commencer par l’Ecole de ski qui va désormais équiper gratuitement tous les élèves âgés de 12 ans et moins d’un brassard GPS. Il se porte autour de la jambe et permettra aux moniteurs et aux parents de repérer les enfants en temps réel sur le domaine skiable et dans la station. « On ne s’en cache pas, il arrive parfois que des élèves s’écartent de leur groupe, ce qui occasionne beaucoup de stress. C’est souvent le fruit d’une distraction où le jeune se joint à un autre groupe par inadvertance», explique Donald Lacasse, directeur de l’École sur neige de Mont Tremblant. Avec le système Flaik, dès que l’élève se trouvera à 200 m de distance de son moniteur, une alarme retentira. L’élève pourra facilement être repéré et réintégré à son groupe.

En plus d’apporter une dose de sécurité supplémentaire, cette technologie, mise au point par une entreprise implantée au Colorado, permet à ses utilisateurs de s’enregistrer à la fin de la journée sur le site web de Flaik pour obtenir une foule de statistiques sur le nombre de descentes effectuées, la vitesse maximale atteinte et la distance parcourue. Une façon d’étudier sa journée de ski et de comparer ses statistiques. On avait déjà vu ce système de « sloptracker » avec une multitude d’autres statistiques en France et dans le reste du monde, mais le matériel mis en location à un prix assez élevé n’avait pas recueilli les faveurs des vacanciers.

Deux stations du Colorado, Copper Mountain et Steamboat, ont fait l’essai de cette nouvelle technologie l’an dernier. «Les données indiquent qu’un skieur sur trois se rend sur le site internet pour analyser sa journée de ski», indique M.Lacasse. Le système Flaik sera également disponible aux skieurs qui le souhaitent. Les amateurs de statistiques de tous les âges pourront donc en faire l’essai.

Crédit photo : Intrawest

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.