Le phénomène KONY 2012

Plus de 90 millions de vues sur YouTube et Vimeo cumulé et plus de 6 millions de partages sur Facebook en seulement quelques semaines… La video d’Invisible Children prouve une nouvelle fois qu’en jouant à plein la carte des émotions, il est possible de tisser sa toile et toucher un maximum de personnes en un temps record.

Kony 2012, l’opération menée par l’association Invisible children, connaît un énorme retentissement sur les média sociaux depuis le 20 février dernier. Construit sous la forme d’un documentaire, le film décrit l’origine de l’ONG et de sa lutte contre les crimes de guerre commis par Joseph Kony, leader du groupe militaire ougandais Lord’s Resistance Army (LRA).

Le film – qui dure pourtant près de 30 minutes – a fait l’effet d’une bombe sur Internet. Les ingrédients d’un tel succès ? Une histoire simple – puisque le narrateur s’adresse à un enfant – et à la fois personnelle, qui joue à fond sur les émotions sans fioriture. Un message qui fédère et incite à l’action d’urgence, le tout surmonté d’une pointe d’optimisme. Ca sent le scénario bien ficelé made in Hollywood ! Il ne manquerait plus qu’un happy end sur fond de bannière étoilée… Et qui sait, ça pourrait bien marcher (c’est d’ailleurs tout le mal qu’on le souhaite).

Comme souvent, un tel engouement commence à susciter son cortèges de critiques et de jalousies. Pointée du doigt pour son manque de transparence sur ses comptes, Invisible Children a dû les publier. Ils se sont aussi engagé à préciser la part effective dévolue aux actions en Afrique (seulement 37% l’an dernier) et la composition de son conseil d’administration.

Si vous souhaitez apporter votre pierre à l’édifice, c’est ici et .

Gare à toi Kony et laisse les enfants tranquilles ! Le monde a les yeux rivés sur toi…

 

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.