La dernière tendance participative: le crowdfunding sportif !

Vous avez toujours souhaité participer à un trail au Népal ou gravir les plus haut sommets d’Amérique du Sud ? Vos rêves sportifs sont sur le point d’être exaucés… Capitalisant sur l’euphorie générée par les JO de Londres, Craig Williamson a lancé fin août SportFunder, le premier site de crowdfunding entièrement dédié à la pratique sportive. Retour sur cette nouveauté néo-zélandaise qui a rapidement réussi à se démarquer !

Le crowdfunding, un concept à succès

Depuis quelques années maintenant, le concept du crowdfunding se démocratise et de nombreuses plateformes dédiées se créent permettant de lever des fonds à moindre coût grâce à un financement entre particuliers. Cette méthode possède l’avantage de financer des projets qualifiés de « risqués », qui auraient eu des difficultés à accéder au prêt bancaire. Qui n’a jamais entendu parler d’Irma, chanteuse star du crowdfunding musical qui a fait financer son album via My Major Company ? D’autres sites plus connus comme Babyloan, KissKissBankBank ou encore Kickstarter viennent compléter le vaste paysage de ces plateformes participatives. Toutefois, si les projets musicaux ont trouvé leur référence, la place restait vacante pour tous ceux liés au sport. Un marché vite conquis !

SportFunder, une alternative appréciée

L’objectif de SportFunder est simple : aider des particuliers, des écoles ou des clubs à trouver des fonds pour réaliser leurs projets sportifs rêvés. En quelques semaines seulement, le site web est passé d’un rayonnement régional à national et va s’étendre dans les prochaines semaines à l’Australie, au Canada, aux Etats-Unis et au Royaume Uni. Ce succès fulgurant s’explique non seulement par le concept en lui-même, mais également par le fonctionnement de la plateforme. Celle-ci se démarque d’autres sites de crowdfunding en n’empochant que 5% des gains, en garantissant d’encaisser le montant levé et en donnant la possibilité à l’investisseur privé de récupérer sa mise.

Clubs sportifs, écoles, amateurs ou professionnels, tout le monde a la possibilité de proposer un projet. Il suffit de le détailler, de fixer un objectif de financement et un délai entre 10 et 90 jours comme l’a fait Paige Hareb, surfeuse pro néo-zélandaise.

Une fois le projet en ligne, les internautes peuvent choisir de le financer à hauteur de 6 à 2500 euros au maximum. Une autre spécificité de SportFunder : la pratique du « remerciement ». En résumé, le donateur reçoit un cadeau en fonction du montant de son investissement.

Cette nouvelle plateforme de crowdfunding promet une belle évolution. D’ailleurs, Craig Williamson et son équipe travaillent déjà sur une application iPhone et Android qui pourrait sortir prochainement. Affaire à suivre.

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.