Retour sur l’International Snow Science Workshop 2013 (1ère partie)

 

Quand l’Association pour l’étude de la neige et des avalanches ANENA prend en charge l’organisation du mastodonte ISSW, c’est pour détonner dans la cours des Grands !

L’International Snow Science Workshop a pour objectif de rassembler les spécialistes et pratiquants du domaine de la neige et des avalanches. Le but de ce rassemblement annuel est de favoriser le transfert des connaissances et d’expériences entre les personnes de terrain et les têtes pensantes. Il y a peu d’autres occasions de réunir un tel panel dans un même lieu… D’ailleurs, la réputation de ce rendez-vous n’est plus à faire, l’ISSW est devenu un « immanquable » mondial. En d’autres termes, c’est le pèlerinage pour tous les experts de l’univers de la Neige et des Avalanches.

Pour sa 20ème Édition, ce congrès, habituellement Nord-Américain, a eu lieu pour la deuxième fois en Europe (Davos, 2009) et pour la toute première fois en France.

Un accueil irréprochable

L’ingrédient de base nécessaire à toute bonne recette, c’est d’abord un lieu approprié ! C’est donc à AlpExpo que les membres du comité d’organisation, ANENAIrstea et Méteo France ont choisi d’organiser ce congrès. Accueillis dans le hall vaste et lumineux, humanisé par les équipes d’organisation et les couleurs du salon d’exposants, nous avons été impressionnés par l’accueil irréprochable de l’équipe d’organisation et de communication de l’Anena. Orchestrées par Marion Bisiaux, les équipes étaient prêtes à démêler tous les imprévus et les demandes de dernière minute des uns et des autres.

Un salon de professionnels

Les deux premières journées de ce congrès ont eu un rythme relativement similaire entre séances plénières, pauses café, présentation de posters scientifiques et soirées spéciales.

Les différents partenaires et sponsors de l’évènement s’étaient regroupés sous forme d’un salon de professionnels. Les pauses entre les présentations à l’auditorium étaient un moment d’échange et de découverte des nouvelles technologies dans les différents domaines de prévention collective ou de sécurité personnelle. Étaient présents, entre autres :

Nous avons particulièrement aimé la nouvelle technologie JetForce®, fruit d’une collaboration entre Pieps et Black Diamond. Ce nouveau sac avalanche ne comprend pas une cartouche de gaz à percuter mais intègre un ventilateur qui gonfle les ballons à partir de l’air ambiant. Cette nouveauté permet les déploiements multiples dans la même journée au cas où une seconde avalanche se produirait.

Un lieu de rencontres unique

La devise du congrès étant « Une fusion de la théorie avec la pratique », c’est exactement dans ce contexte que nous avons eu l’occasion d’assister à la rencontre inédite entre Nicolas Marie de Catex Montaz et de Craig Sheppard, Avalanche Forecaster (prévisionniste avalanche) en titre de la station de Lake Louise au Canada.

Ce fut une totale découverte pour Craig Sheppard qui s’y est intéressé de près. Difficile à croire que cette technologie si présente dans nos stations européennes n’est pas du tout implantée en Amérique du Nord ! Du moins, … pas encore 😉

Des conférences enrichissantes

Suivant un rythme très soutenu, les présentations orales d’une durée de 10 à 15 min se sont enchainées dans l’auditorium principal. Traitant de sujets très variés, les présentations étaient regroupées sous différents thèmes tels que :

  • Les impacts de la neige de culture sur une station de ski et son hydro-système ;
  • Le rôle de la neige soufflé dans les schémas de prévision des risques d’avalanche ;
  • Les tremblements de terre provoquent-ils des avalanches ?

Nous avons aimé la présentation du rôle du chef des opérations lors d’une opération d’envergure présentée par le Colonel Blaise Agresti, commandant du CNISAG (Centre national d’instruction au ski et à l’alpinisme de la gendarmerie) à Chamonix.

Nous avons également apprécié l’excellente présentation d’Océane Vibert, et son guide méthodologique d’évaluation des risques. Ce guide est une aide précieuse pour les prises de décisions locales, permettant d’attirer l’attention des élus locaux face à leurs obligations de mise en sécurité de la population, excellent rappel de la réglementation. Il permet avant tout de rompre l’isolement des communautés de montagne face à leurs problématiques (guide téléchargeable sur le site de l’ANENA).

Nous avons moins aimé la réalité effrayante du processus de triage des victimes dans le cas d’une situation de multi-victimes ensevelies gérées par une équipe opérationnelle inférieure en nombre.

Tout cet échange d’informations n’aurait jamais pu avoir lieu sans une solide armée de traducteurs officiels qui se sont relayés continuellement pour assurer la traduction simultanée d’un jargon scientifique et technique. Bravo à eux pour avoir su traduire neige roulée, avalanche de plaque friable et hydrologie synergétique en quatre langues !

Des soirées spéciales

La soirée de lundi soir a fait honneur aux Dames lors de la Diva’s night qui a eu lieu au cœur de l’ancien couvent Sainte-Cécile à Grenoble où s’est dorénavant installé le célèbre pâtissier traiteur lyonnais Pignol.

Ont été mises à l’honneur les deux Divas (une scientifique et une pratiquante) sélectionnées pour recevoir une bourse de voyage afin de venir au congrès, ainsi que les deux Divas élues de l’année.

Il s’agissait d’Océane Vibert pour son incarnation de la théorie ET de la pratique (à la fois pisteur secouriste et auteur du guide pratique à l’attention des élus et des services communaux pour la gestion d’une crise avalanche) et Margarita Eglit, de l’université de Lomonosov à Moscou, pour l’ensemble de son travail scientifique dans le domaine de la connaissance de processus avalancheux.

La soirée de mardi soir a eu lieu à Sainte Hélène du Lac dans les locaux de Tas, le sponsor principal du congrès. Ce fut l’occasion de découvrir les différents moyens de déclenchements préventifs d’avalanches proposés par TAS et les nouvelles technologies telles que DAISYBELL®, la solution de déclenchement d’avalanches à distance héliporté au-dessus de la zone choisie.

En résumé, lors de ces deux premiers jours de congrès, nos coups de cœur ont été :

  • La cloche Clarine qui sonne la fin de chaque récré pour inviter tous les congressistes à rejoindre l’auditorium !
  • La qualité de la pause-café du matin, avec des pâtisseries-maison exceptionnelles. Grâce au Traiteur Païza la qualité de réception à la française a été honorée !
  • Les caricatures d’Alexis Nouailhat, toujours là pour illustrer l’ambiance du jour !

Rendez-vous très vite pour le résumé de la deuxième partie de la semaine !

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.