Articles

AUTOMATION DAY 2016, retour sur l’événement dédié au marketing automation qu’il ne fallait pas manquer !

Automation Day, SWiTCH

Une journée entière à parler de marketing automation… il fallait au moins ça pour approfondir l’une des tendances phares de l’année 2016 ! Pour vous, nous avons bravé les grèves de TGV (merci la SNCF, grâce à vous il est désormais possible de faire un trajet en 6h et 3 correspondances, quand il faut normalement 3h45 en direct. Grrr !) et la grisaille parisienne pour en apprendre plus sur les meilleures pratiques et les erreurs à éviter dans ce qui est plus qu’un simple outil marketing, mais une véritable révolution en matière d’organisation des services marketing et commerciaux en entreprise. Reportage.

L’événement

Le rendez-vous était pris ce jeudi 31 mars au Marketing Space à Paris. Accueil chaleureux et délicates attentions à l’entrée pour mettre tout le monde dans l’ambiance : le but est bien d’apprendre, échanger et réseauter. Après la keynote de l’organisateur Webmecanik, qui nous a présenté sa vision du marketing automation, nos confrères annéciens de Paprika qui ont illustré les propos théoriques d’ouverture par une étude de cas, avec des résultats assez impressionnants, pour la chaîne de spas Deep Nature. L’agence Pim Bim a ensuite expliqué comment intégrer le marketing automation à une stratégie de contenu. Après un déjeuner japonais, c’était au tour de SWiTCH de présenter comment le marketing automation permet de développer la performance commerciale des entreprises. Notre étude de cas était ainsi basée sur le travail de personal branding que nous réalisons pour Edgar Grospiron depuis plusieurs mois et les premiers résultats surprenants de la campagne de marketing automation que nous avons amorcé il y a 3 semaines. Grève oblige, il nous a malheureusement fallu quitter l’événement plus tôt que prévu pour nous assurer d’être de retour à bon port dans un délai raisonnable. Cependant, aux dires de ceux qui ont pu rester jusqu’au bout, l’ambiance était « wild »… Nous n’en saurons pas plus !

Automation Day, Edgar Grospiron Armelle Solelhac

Ce qu’il faut retenir du marketing automation

  • Le marketing automation permet de réconcilier le digital avec le réel. Ce sont des mécanismes automatisés qui regroupent les méthodes et outils permettant de scénariser la relation avec son interlocuteur au rythme de ses interactions ;
  • Tout l’enjeu du marketing automation est de générer des leads, les plus chauds possibles. Le travail des commerciaux est ensuite d’assurer le closing ;
  • Sur un site web, 99% des visiteurs ne convertissent pas. Le marketing automation permet d’en convertir 49% de plus ! Pour les sites e-commerces, 41% des internautes ne terminent pas leur commande, car ils ne sont pas prêts pour l’instant… mais ils le seront bientôt et il ne faudra pas les rater !
  • Le marketing automation réduit le nombre de prospects ignorés de 80% à 25% (source : Bulldog Solution)
  • Le marketing automation se décline en trois activités principales : la segmentation des différents types de prospects, le « nurturing » (c’est-à-dire le fait de nourrir la relation avec le client ou prospect pour le faire mûrir, en poussant la bonne information, à la bonne personne, au bon moment) et la qualification du niveau de maturité du prospect grâce au scoring.
  • La qualification des prospects ne peut se faire que par le biais d’une récompense : livre blanc, comparateur, simulateur, configurateur (meuble, voiture, etc.), free trial (ex : 1 mois d’essai offert), partage d’une étude de cas, etc.
  • En BtoC, au-delà de trois champs, chaque champ supplémentaire obligatoire fait perdre 10 à 15% de participants potentiels. Il vaut donc mieux demander le minimum de champs au départ, puis demander plus de champs au fur et à mesure de la démarche ;
  • Il y a deux types de données : comportementales (pages visitées, liens cliqués, provenance du clic, temps passé, ouverture d’email, téléchargement de documents, cookies/carte de fidélité, etc.) et déclaratives (e-mail, adresse IP, nom, prénom, sexe, localisation, situation familiale, etc.) ;
  • Un arbre de décision ne peut répondre qu’à une seule question. S’il y a plusieurs questions, il faut plusieurs arbres !
  • Le marketing automation permet d’avoir à la fois une approche CRM et Big Data ;
  • L’analyse des datas déclaratives et comportementales permet de remplir le tunnel de conversion et de préparer le chiffre d’affaire de demain ;
  • Le scoring se fait empiriquement, cela prend donc du temps ! Il n’y a pas de solution toute faite. Il faut soi-même définir les coefficients (ex : ouvrir un e-mail = 5 pts, compléter un formulaire = 10 pts, cliquer dans un e-mail = 2 pts, etc.) ;
  • Dans le déploiement des campagnes de marketing automation, il faut idéalement faire de l’A/B testing pour vérifier quelle formulation fonctionne le mieux en fonction de chaque cible ;
  • Le marketing automation est surtout pertinent pour des clients qui génèrent plus d’un million d’euros de chiffre d’affaire. Il fonctionne aussi bien en BtoB qu’en BtoC. Pour être efficace, il faut déployer des campagnes sur un an minimum ;
  • Il y a des enjeux de formations très importants pour le bon déploiement des campagnes, car le risque d’échec par manque de formation est énorme ! De même, il y a des enjeux de DMP (Data Management Plateform) ;
  • La mise en place du marketing automation touche à de très nombreux pans organisationnels de l’entreprise. Cela peut être perturbant pour beaucoup de collaborateurs. Mais bien utilisé, il s’inscrit au cœur de la stratégie de développement de l’entreprise.

Merci Webmecanik pour ce bel événement !

[La bonne nouvelle du mercredi] Badiane Créations confie sa stratégie marketing à SWiTCH !

Badiane-Creations-logo

Créé par Nathalie Roux-Dessuet, Badiane est un atelier de création installé à St Pierre de Chartreuse, dans l’Isère. Avec ses collaboratrices, Cécile et Hélène, elle imagine, façonne à la main et coud des vêtements pour femme dans des ambiances dynamiques, colorées ou acidulées. Badiane propose aussi toute une gamme de vêtements et produits pour la naissance et la petite-enfance avec des matières chaleureuses, douces et naturelles. Les modèles allient confort, esthétique et originalité, sans jamais oublier des détails qui rendent chaque vêtement unique.

Après 11 ans d’intense activité, il était temps pour Badiane de se poser pour réfléchir à sa stratégie marketing. La créatrice a fait confiance à SWiTCH pour l’accompagner dans ses choix. Au programme : une plateforme de marque complète, un positionnement clair, un ciblage et une segmentation précise des clientèles, un benchmark sur plus de dix marques concurrentes en France et à l’étranger et des recommandations sur les canaux de distribution des produits, sur la politique tarifaire, sur les actions de mise en marché et de communication à réaliser.

Nous allons donc avoir le plaisir de découvrir un nouvel univers, plein de poésie et de créativité !

Badiane-Creations-Credits-photos-Armelle-Solelhac-SWiTCH

[La bonne nouvelle du mercredi] SWiTCH accompagne Les Orres dans la définition de sa stratégie marketing et communication !

les-orres-logo

Nous avons eu le plaisir cet été de mener notre deuxième collaboration avec la station des Orres ! Après avoir formé l’équipe de l’Office de tourisme aux média sociaux et aux techniques de community management en 2012, la station des Alpes du Sud a fait appel à SWiTCH pour définir sa stratégie marketing.

Un mois et demi de travail en collaboration étroites avec les équipes de la SEMLORE, mais aussi des acteurs socio-professionnels (hébergeurs, restaurateurs, prestataires d’activités, etc.) et des élus, pour réaliser :

  • 6 réunions de travail sur le terrain
  • 1 Audit sur le terrain
  • 1 analyse marketing complète
  • 1 diagnostic
  • 1 benchmark en France et à l’étranger (sur une douzaine de destinations en montagne et en ville)
  • des dizaines de recommandations
  • 1 plateforme de marque
  • 1 ciblage et segmentation des clientèles
  • 1 nouveau positionnement
  • 1 nouvelle stratégie marketing pour les 5 à 10 prochaines années
  • 2 rapports de présentation des résultats

Un travail aussi passionnant qu’enrichissant !

 

[La bonne nouvelle du mercredi] Fairweather Ski Works confie la définition de sa stratégie marketing et son SEO à SWiTCH !

Fairweather Ski works logo

Basée à Haines en Alaska, Fairweather Ski Works est une marque de skis et snowboards en bois entièrement personnalisables et respectueux de l’environnement. Lancée il y a tout juste deux ans, la start-up a fait appel à SWiTCH pour se doter d’une stratégie marketing et communication efficace et travailler sur son SEO.

Notre passage en Alaska en Janvier dernier a été fructueux à tous points de vue. En plus d’avoir participé à l’Innovation Summit de Juneau, nous y avons rencontré l’un des fondateur de FSW qui nous a présenté avec enthousiasme ses skis fabriqués à la main, avec du bois issus d’arbres locaux qu’il va scier lui-même. De fil en aiguille, FSW a souhaité nous confier le soin de réaliser au cours de l’été une étude de marché et une analyse concurrentielle pour aboutir à la définition de leur nouvelle stratégie marketing. Les objectifs de cette mission étaient multiples :

  • Construire une identité de marque fondée sur ses valeurs et ses atouts ;
  • Comprendre qui sont les clients potentiels de la marque et définir de nouvelles cibles ;
  • Positionner et différencier la marque par rapport à son univers concurrentiel ;
  • Développer des canaux de commercialisation efficaces ;
  • Créer un plan d’actions marketing et commercial complet ;
  • Repenser la politique tarifaire ;
  • Améliorer le SEO.

Les résultats de nos recommandations ont fait l’objet d’un (gros) rapport de près de 200 pages. Les résultats devraient être visibles d’ici quelques mois.

Tout savoir sur les usages des internautes : le baromètre consommateur de Google

 

Google-Consumer-Barometer

Google a partagé son baromètre consommateur. Qu’est-ce que c’est ? Comment l’utiliser ? Quelles sont les tendances pour 2015 en France ? Décryptage.

Consumer Barometer, Késako ?

Le Consumer Barometer (ou Baromètre de la Consommation) est un outil mis à la disposition des internautes depuis 2012, et réalisé par Google et plusieurs autres partenaires tels que TNS, IAB Europe ou encore Hive. En quelques années, l’outil a fortement évolué et se présente maintenant sous la forme d’un site interactif regroupant une multitude de données sur les habitudes de consommation des internautes pour plusieurs pays, dont la France.

Pour cette nouvelle édition du Consumer Barometer, la nouveauté se situe dans l’ampleur du projet : on passe de 25 pays analysés en 2014 à 56 pays aujourd’hui, soit plus du double !

Comment utiliser le Consumer Barometer ?

Le Consumer Barometer proposer de visualiser les données qu’il a recueillies de deux façons :

  • En consultant les indicateurs-clés sélectionnés par Google, au global et pour chaque pays. Les données apparaissent sous forme de graphiques et permettent de visualiser très clairement les principales tendances de consommation sur Internet.
  • En utilisant le puissant outil de data visualisation Graph Builder. Cet outil permet d’accéder à l’intégralité des données publiées et de construire presqu’en temps réel ses propres graphiques en ne sélectionnant que ce qui nous intéresse (type d’activité, type de device, âge des consommateurs, etc.)

Cette année, Google propose également un rapport des principales tendances de consommation par pays ; plus complet que la simple consultation des indicateurs-clés, le rapport fournit un premier niveau d’analyse des tendances observées… et fait valoir l’intérêt pour les marques d’être très bien positionnées sur le moteur de recherche !

N’hésitez pas à consulter le baromètre sur la France, une vraie mine d’or !

Quelles sont les principales tendances pour la France ?

Google a relevé 3 tendances de la consommation d’Internet en France :

  • Le mobile est de plus en plus ancré dans les habitudes de consommation des Français : 8 consommateurs sur 10 vont sur Internet au moins une fois par jour, 62% d’entre eux utilisent un Smartphone. La première utilisation du Smartphone est la recherche en ligne (47%), devant la consultation des emails (43%) et la connexion à un réseau social (35%).
  • Les consommateurs français passent de plus en plus par Internet au cours de leur processus d’achat : 57% des consommateurs font une recherche en ligne avant de réaliser un achat, notamment pour comparer les produits (51%). Les recherches en ligne sont particulièrement fréquentes pour réserver un billet d’avion (90%) ou un séjour à l’hôtel (89%), ou pour acheter de l’électroménager (76%). On note également que 86% des consommateurs ne considèrent qu’une à trois réponses du moteur de recherche lors d’une recherche locale avant de sélectionner où acheter.
  • La consommation de vidéos est mobile et… sédentaire : 58% des consommateurs regardent une vidéo en ligne toute les semaines, 7 sur 10 regardent les vidéos sur leur Smartphone. Néanmoins, 93% des consommateurs les regardent lorsqu’ils sont chez eux !

Barometre-2015-consommateur

Observatoire des tendances : 8 tendances marketing, habitat, alimentation, shopping, sport et voyage en 2020

Que nous réserve demain ? Que sera notre quotidien dans 5 ans ? Quels seront les nouveaux enjeux ? De quoi auront envies les consommateurs ? Afin d’être préparé au mieux aux changements de demain, SWiTCH a élaboré un observatoire de tendances. Nous partageons aujourd’hui les premiers résultats : du marketing au voyage, en passant par l’habitat, l’alimentation, le shopping et le sport, voici 8 tendances à venir d’ici 2020.

Retour sur les Académies du Tourisme Numérique 2015 : Personnaliser la relation client

L’une des grandes tendances qui est ressortie des Académies du Tourisme Numérique 2015 est sans aucun doute la personnalisation du marketing : plusieurs conférences et ateliers y étaient consacrés ou portaient sur l’une ou l’autre de ses caractéristiques. Résumé.

Relation Marque-Client : un dialogue continu

Le temps des actions marketing en « one shot » d’une marque vers l’ensemble de ses clients n’est plus possible aujourd’hui. Les clients sont aujourd’hui à la recherche d’une relation sur le long terme avec leurs marques. Ainsi parmi les raisons d’abandon d’une marque, 69% des consommateurs pointent le manque de contact de celle-ci avec ses clients. Il ne s’agit donc plus de délivrer un message commercial, mais de proposer un véritable échange avec ses consommateurs, en s’intéressant à leurs avis et en s’adaptant à leur culture propre. Il est par exemple préférable d’employer des chinois pour communiquer avec des chinois, même si la destination touristique est la France. On passe ainsi d’une logique de fidélisation simple à une stratégie de « Relationship Management », pour gérer toutes les étapes de la relation avec le client.

Du stade passif au mode achat : personnaliser ses messages

Au cours des deux conférences qu’il a animées, Jean-François Messier, Directeur des Nouvelles Technologies pour Mercuri International, a mis en lumière les quatre stades de maturité du besoin : Passif, Intéressé, Engagé, et « En mode achat ». A chacun de ces stades correspond un besoin de communication différent pour le client, et le message à faire passer doit donc être adapté à ces différentes situations. Par exemple, une personne engagée cherchera à comparer une offre par rapport à d’autres similaires quand une personne en « mode achat » aura besoin d’informations pratiques (services inclus, livraison, devis, etc.) avant de passer à l’acte d’achat à proprement parler.

Personnaliser : oui, mais comment ?

Pour Jean-Baptiste David, directeur de l’agence NOE interactive, il s’agit d’abord de « profiler » ses consommateurs pour collecter une information (big data), puis de la rendre « intelligente » (smart data)… pour pouvoir adapter son site Internet à chaque internaute ! La contextualisation s’avère être la clé de cette approche. En identifiant les caractéristiques principales des utilisateurs et en analysant leur comportement sur le site (utilisation du moteur de recherche, mode de navigation, etc.), il est possible d’adapter le contenu et l’offre proposés pour correspondre aux attentes des utilisateurs. Ainsi, un touriste belge n’aurait pas accès aux mêmes informations qu’un homme d’affaire français. C’est également le principe de l’Inbound Marketing : en produisant des contenus en adéquation avec les besoins et attentes de sa cible et en les diffusant via les supports les plus pertinents (par exemple en envoyant un mailing dédié aux mamans lors de la fête des mères), on favorise la conversion du client « passif » au client « en mode achat ».

Anticiper et prévoir : le marketing prédictif

L’utilisation du big et du smart data permettra alors de tendre vers le marketing prédictif. Ainsi, à partir de multiples données (statistiques, comportementales, conversationnelles, sémantiques, etc), nous serons à même de prévoir certaines actions de la part des consommateurs, et de bâtir des modèles prédictifs qui permettront à nos applications digitales de proposer « le bon message, au bon endroit, au bon moment » à chaque visiteur. Les comportements ne sont donc plus analysés a posteriori, mais bien a priori. Poussé au bout de sa logique, le marketing prédictif parviendrait ainsi à répondre à des besoins non formulés par les clients ! Ainsi, Amazon préparera la livraison des colis de ses futurs clients avant même qu’ils aient passé la commande, grâce à des analyses prédictives portant sur l’ensemble de sa base de données client (historique des achats et des retours, produits insérés dans le panier, recherches, etc.). Il peut ainsi entreposer ses différents produits dans les entrepôts les plus proches du client final… et proposer ainsi des délais de livraison plus courts, donc plus concurrentiels.

L’avènement du big et du smart data semble donc présager de belles opportunités pour le tourisme et pour le commerce de manière générale : d’Inosport aux Académies du Tourisme Numérique, il s’agit de LA tendance qui aura le plus fait parler d’elle chez SWiTCH en ce mois de juin !

[La bonne nouvelle du mercredi] SWiTCH participe à la conférence de lancement de la saison estivale 2015 de Méribel Tourisme !

Présenter en seulement 30 minutes un sujet qui nous passionne et dont nous pourrions parler pendant des jours, voici le défi que vient de nous confier Méribel Tourisme ! A l’occasion de la réunion de lancement de la saison estivale 2015 avec l’ensemble des socio-professionnels de la station, nous sommes invités à présenter les enjeux des réseaux sociaux et l’importance d’y être bien présent pour une destination touristique en général et pour ses acteurs du quotidien en particulier.

Nous nous réjouissons par avance de cette mission au coeur des Trois Vallées, en Tarentaise !