Articles

[La bonne nouvelle du mercredi] Alpes Ski Résa confie son blog à SWiTCH !

Alpes Ski Résa confie son blog à SWiTCH !

Tour Operator pour les stations de la Compagnie des Alpes et gestionnaire de biens immobiliers de haute qualité appartenant à des particuliers (2 500 hébergements), Alpes ski Résa a choisi d’axer sa stratégie digitale sur des contenus de qualité pour se différencier des autres T.O du marché. SWiTCH a donc été choisi pour créer et publier le brand content pour le webzine du site web pendant tout l’hiver 2015/2016 !

Au programme pour les 6 prochains mois : pas moins de 37 articles illustrés, composés de 20 articles de fond, 15 interviews d’« experts » et 2 surprises. Ce qui représente un gros travail de recherches et de reportages sur le terrain, des compléments de recherches bibliographiques et iconographiques, des ITW de professionnels des sports d’hiver, etc. L’intention est de montrer l’expertise professionnelle, sportive et touristique d’Alpes Ski Résa, ses savoir-faire et l’excellence de ces séjours, ainsi que les valeurs ajoutées des services complémentaires proposés.

Deux objectifs vont ainsi guider notre travail :

  1. La création de contenu à haute valeur ajoutée sur l’univers des séjours aux sports d’hiver pour améliorer le storytelling et le référencement naturel du site web d’Alpes Ski Résa ;
  2. Le développement de la notoriété d’Alpes Ski Résa et l’installation d’une image d’expert en séjours aux sports d’hiver dans les Alpes.

Rendez-vous de Novembre 2015 à Avril 2016 ici pour voir le résultat !

Les ingrédients d’une bonne histoire – Andrew Stanton

Andrew Stanton est le scénariste du premier film entièrement produit avec un ordinateur, Toy Story (Pixar Animation Studios). Il a reçu deux Oscars pour l’écriture et la réalisation de Finding Nemo et WALL-E.

Il nous explique à l’occasion de cette conférence TED enregistrée à Longbeach en février 2012 (durée : 20′ – sous-titres : français) quels sont les ingrédients pour concocter une bonne histoire.

Storytelling et support vidéo : la recette magique ?

Après le succès  d’Embedded, une web série diffusée l’hiver dernier, Whistler Blackcomb (BC) réitère l’expérience. La station canadienne proposera cette année un film en sept épisodes intitulé The Wonder Reels. Désireux de raconter une histoire, Whistler n’hésite pas à relancer son concept d’une année sur l’autre. Alors, manque d’innovation ou recette miracle ?

La démarche est simple : dès le mois d’octobre, la destination proposera tout au long de la saison de courtes vidéos thématiques. Les premiers épisodes seront dédiés à la neige (I.The snow), au sommet (II.The pass), à la profondeur (III.The deep) ainsi qu’à la traversée (IV.The crossing).

Si les images se veulent ultra qualitatives, l’objectif est de rester le plus naturel et le plus vrai possible. Un seul cameraman filmera et le montage sera effectué dans la nuit pour un partage de la vidéo le lendemain sur le site dédié et sur les réseaux sociaux.

Fort du succès d’Embedded, le trailer de The Wonder Reels compte déjà plus de 38 000 vues sur YouTube. A chaque épisode, correspondront une histoire ainsi qu’un spot bien précis sur le domaine.

 

 

Sur le site dédié, les internautes sont également invités à partager leurs propres expériences. Un dispositif intelligemment imaginé afin d’impliquer la communauté online. Chacun peut donc publier une photo ou une vidéo de son expérience à Whistler, la géolocaliser et la partager. Finalement l’ensemble de ses histoires participe à l’Histoire (avec un H majuscule) de Whistler.

Toutefois, s’il est clair que la destination s’engage sur la voie du storytelling, certains critiquent déjà le manque d’innovation et de créativité de l’opération. En effet, le principe ne change pas, seule l’histoire diffère. Whistler se défend en argumentant que chaque expérience est unique et que leur objectif est de s’assurer qu’elles seront partagées par le plus grand nombre.

Sur ce, nous vous laissons découvrir le premier épisode ici !

[Booklub] « Storytelling : la machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits” de Christian Salmon

Avec “Storytelling : la machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits”, Christian Salmon signe l’une de ses meilleures oeuvres. Cet écrivain, chercheur sur les arts et le langage au CNRS, fait la généalogie d’une véritable doctrine de propagande.

Depuis 2007, année d’édition, les rouages du storytelling n’ont pas changé. Par le prisme de ce mécanisme, l’analyse transversale de la société que nous livre Christian Salmon s’appuie sur des exemples concrets, à la fois politiques, économiques et même cinématographiques. Cet ouvrage de référence est désormais un classique de la communication qui éclaire sur une stratégie inquiétante et invite le lecteur à se poser les bonnes questions.

[La bonne nouvelle du mercredi] SWiTCH participe à « Mont-Blanc Version Durable » du 31 mai au 02 juin 2012

Cette deuxième édition de « Mont Blanc Versant Durable » est une rencontre sur le tourisme de demain autour d’une réflexion sur le marketing territorial et les nouveaux produits. Elle se décline cette année autour du thème : « Il sera une fois… », Comment les lieux touristiques se racontent et s’inventent ?

Chaque territoire ou site porte en lui son histoire, c’est ce qui façonne sa personnalité, le différencie des autres, lui permet d’évoluer au fil des décennies, en fait une destination touristique unique. Aujourd’hui encore plus qu’hier le développement durable est un des facteurs déterminants de la définition d’une identité et de la construction d’une histoire contemporaine. Un choix stratégique et impliquant qui s’offre aux collectivités et qui nécessite un consensus général : c’est tout l’enjeu d’un positionnement futur qui transmettra et poursuivra leur propre histoire.

Nous interviendrons lors de la session du vendredi 1er Juin de 16h45 – 18h15 ayant pour thème « Le touriste, nouveau partenaire de la construction du récit des lieux touristiques : vers une communication participative« .

Pour consulter le programme complet de l’événement, c’est ici, et pour voir la présentation des intervenants c’est . Enfin, si vous ne pouvez pas venir du tout, voici en avant-première notre présentation :


 

Comment fidéliser et engager durablement ses clients ?

Dans leur livre intitulé « Brand Culture », Richard Elliott et Andrea Davies constatent que la raison pour laquelle les consommateurs choisissent leurs marques fétiches est qu’ils s’identifient aux valeurs et styles de vie sous-jacents à celles-ci. Les consommateurs les utilisent alors pour construire leur propre identité et entrer dans une communauté d’adeptes de leur marque favorite. Tout l’enjeu pour les équipes marketing est alors de s’assurer que leur marque incarne, au-delà du sponsoring, les valeurs qui lui sont propres en les rendant accessibles et concrètes aux yeux des consommateurs. Cela implique en amont un travail de fond pour décanter et mettre en lumière les véritables valeurs fondamentales de l’entreprise qui oeuvre derrière la marque commerciale. L’intérêt pour les marques est donc de parvenir à créer une véritable communauté dont l’identité est en symbiose avec leur ADN.

Concevoir des produits de qualité n’est plus suffisant pour convaincre et fidéliser les clients. Si les marques souhaitent toucher leurs consommateurs pour qu’ils effectuent ce processus d’assimilation de leurs valeurs, elles doivent créer ou mettre en scène leur histoire – technique autrement appelée « storytelling » – et la mettre en œuvre au travers d’actions marketing qu’elles relateront auprès de leur public – c’est-à-dire en produisant du « brand content ». Il s’agit de personnifier la marque en lui attribuant des valeurs et des références concrètes pour la rendre plus attractive. Le Graal : une communauté de fans possédant une conscience partagée, qui se connaissent sans jamais s’être rencontrés : « Dis-moi ce que tu « like » et je te dirai qui tu es ».

Il faut réussir à développer une image mentale dans l’esprit du consommateur, c’est-à-dire une représentation intellectuelle de la marque, de façon à ce que ces derniers associent à celle-ci les concepts qui lui sont rattachés, ainsi que son éventails de valeurs et de messages. A la manière d’un roman, pour capter l’attention, il faut créer une histoire dans laquelle se plonger et non une suite de mots à lire. Cette histoire devra être passionnante pour être relayée spontanément.

Bien que le milieu s’y prête, les marques du secteur Outdoor utilisent relativement peu ces méthodes.  On a déniché pour vous deux équipementiers qui s’appuient sur ce dispositif pour fédérer leur communauté. La clé de la réussite de ces campagnes sont qu’elles résultent d’un véritabe engagement de la part des marques et sont donc des modèles du genre.

Mammut, la marque Suisse spécialisée dans le matériel et l’équipement alpin, est une des premières marques outdoor à se lancer dans le storytelling.

Le concept est simple, proposer à des clients de la marque de vivre l’expérience Mammut de A à Z, via le programme « Base Camp, au cœur de l’action avec Mammut ». Au programme, activités outdoor, tests produit, ateliers,… tout ça dans le cadre de la prochaine campagne de communication de Mammut !

 

Tout est là, partage d’expérience, passion de la montagne, valeurs partagées et presque conscience commune… Le client écrit une page de l’histoire de la marque avec elle. Il est actif dans l’évolution de la marque, il contribue à son évolution. Son engagement pour la marque est considérable !

Le prochain projet de Mammut ? Pour ses 150 ans en 2012, l’équipementier Suisse lance un recrutement européen et compte gravir150 sommets autour du monde. A vos inscriptions !

Nike 6.0, qui a très vite fait oublier Nike ACG, exploite d’une manière différente le concept de storytelling. Pour la deuxième année consécutive, Nike 6.0 à ré-ouvert les portes de sa fameuse Roundhouse dans le sud-ouest.

L’idée est de proposer une maison aux couleurs de la marque. Les clients, en franchissant la porte de la roundhouse, entre dans l’univers Nike 6.0 : customisation de produits, une « photobooth », un skate shop et un surf shop, avec la possibilité de créer des photos et vidéos avec les produits que l’on teste. Ajoutez à cela une scène de concert, des soirées à la sauce Nike 6.0 et un mur d’images pour suivre en direct la progression du concours The Chosen sur Facebook. Nike 6.0, qui n’existe que depuis 3 ans, écrit son histoire et la propose à ses clients.

Grâce à ces actions, les marques touche des consommateurs classiques qui vont se transformer en ambassadeurs, ils vont relayés les valeurs de la marque de manière spontanée, raconter l’histoire Nike 6.0 ou Mammut à leur tour. Ils vont développer une forte image mentale de la marque, ils ne se contenteront plus de la consommer mais vont la vivre et se l’approprier. L’implication et l’engagement de la cible est considérable. Le storytelling de chaque marque doit choisir les valeurs qu’il souhaite prôner et inciter à adopter, pour gagner une clientèle engagée.

Le storytelling et le brand content ont donc de beaux jours devant eux, pour preuve un sondage réalisé par TNS Sofrès et intégré au sein du livre blanc des annonceurs  le place comme le métier représentant un des plus forts potentiels de développement.

C’est le thème N°1 devant le marketing de l’innovation, le 360° et la gestion de la marque. Avis aux amateurs…

Crédits Photos : http://www.fashionfillers.com/, http://www.mammut.ch/, http://testconso.typepad.com/files/club-des-annonceurs.pdf

Les 5 règles du Brand Content

En faisant notre travail de veille quotidien, nous sommes tombé sur un article dont nous nous permettons de retranscrire ici une partie du contenu : « J’ai un coup de buzz, on va pouvoir faire du storytelling à fond les ballons pour que la marque soit plus aspirationnelle. Pour créer de la préférence quoi ! Ce storytelling rentre bien dans notre stratégie de brand content […]. »*

Si vous ne maîtrisez pas le « franglais », langue hautement pratiqués par les professionnels du marketing et de la communication, dont l’usage est ici tellement abusif qu’il en devient risible – même si cela ne retire en rien le sérieux et la qualité des propos de l’article en question – vous vous demandez peut-être ce qu’est le fameux « Brand Content » ou, en français dans le texte, le « contenu de marque » ? Et comment en faire bon usage dans votre stratégie de communication ?

Nous avons concocté pour vous un digest en 6 courtes diapositives (« slides » pour les franglophones) :

* Source : Influencia