Fabricant de vagues, une profession d’avenir !

A l’occasion du 11ème titre de champion du monde de Kelly Slater, SWiTCH fait le point sur ce qui va sans doute révolutionner la pratique du surf dans les prochaines années. Après les combinaisons chauffantes (HBomb chez Rip Curl), les planches intelligentes en développement chez Pukas (Technologie SURFSENS), la vague des nouvelles technologies déferle sur un sport qui était, jusque là, rester à l’écart.

Le surf est une discipline exigeante tant au niveau de la technique que de la connaissance du milieu marin. Les conditions fluctuantes, les spots surpeuplés, etc., sont autant de freins qui limitent le nombre de pratiquants et ralenti la croissance de cette activité. Peut-être plus pour très longtemps… Nous avons rencontré Felip Verger, Responsable de la communication pour Wavegarden®, une petite structure nichée en plein cœur de la Gipuzcoa, sur le lac d’Aizarnazabal.

Dévoilée il y a maintenant un an, la technologie Wavegarden® permet de créer des vagues absolument parfaites sur n’importe quelle masse d’eau : lacs, piscines, étangs, etc. La vague générée est adaptable à tous les niveaux de surf ou d’âge. Elle permet « de partager l’expérience du surf avec ceux qui n’ont pas la chance de vivre près de la mer ». Si la vague actuelle ne mesure que 80 cm, ingénieurs et développeurs planchent et annoncent une vague « à hauteur d’épaule pour l’été prochain ».

Aritz Aranburu, Mick Fanning ou Bobby Martinez ont eu le privilège de tester le Wavegarden®, le résultat est unanime, tout le monde est bluffé !

Les cibles commerciales appartiennent aussi bien au secteur public que privé. Cependant, bien qu’aucun contrat n’est encore été signé, Wavegarden® à « réveillé un intérêt bien plus grand dans le privé, peut être à cause de la crise économique ».

En termes de pratique les impacts d’une telle innovation sont considérables. Pouvoir surfer à des milliers de kilomètres de la plage la plus proche, dans des conditions parfaites va permettre au marché du surf de se développer en élargissant son domaine de pratique. Pour les acteurs du milieu de la glisse l’attrait de ce nouveau marché est indéniable : nouveaux segments de clientèle, nouveaux besoins, nouvelles gammes de produits, etc. Quiksilver n’a pas attendu en s’associant au développement de la Kelly Slater Wave Company il y a 5 ans, dont vous pouvez voir la dernière vidéo ici.

Malgré cela, Wavegarden leur grille la priorité en vendant des vagues depuis 5 mois alors que KSWC se bat pour commercialiser son concept en 2014.

L’ère des vagues artificielles arrive à grand pas et les initiatives se multiplient comme en Malaisie (Sunway Lagoon) ou en Espagne (Siam Park à Tenerife), etc. N’en déplaise aux puristes, le développement du surf est là, appuyer sur un bouton pour avoir une droite tubulaire parfaite ou sur un autre pour une session de 40 cm…

Si les vagues artificielles semblent être une alternative à la surpopulation des spots et l’avenir du développement du surf, leur développement et leur commercialisation nous obligerons à être patients encore quelques années. Hossegor à Annecy, ce n’est  pas encore pour l’année prochaine…

Wavegarden® en quelques chiffres :

  • Coûts d’installation : entre 3 et 5 millions d’euros (à titre de comparaison, l’investissement moyen pour un télésiège débrayable 6 places est de 6 millions d’euros)
  • Consommation énergétique : 300 kW/h (la consommation électrique moyenne d’un habitant ou d’un couple dans un studio ou un petit appartement est comprise entre 1500 kWh et 3000 kW/h)
  • La vidéo a été visionnée 200 000 fois en 5 jours, autant dire que le besoin et l’attente des consommateurs est bien là !
1 réponse

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.